mardi 23 octobre 2012

Livre illustré

Et voila, les illustrations de mon prochain livre jeunesse sont  enfin toutes terminées ! 
23 planches de dessin, des heures, des semaines, des mois de travail mais que du bonheur. L'écriture de l'histoire est quasi bouclée, il ne reste que deux ou trois choses à peaufiner, et je vais maintenant m'occuper de la mise en page, de la préparation de la couverture, etc...
Le titre ne sera dévoilé qu'au dernier moment !
Le livre sera disponible au format papier et numérique, et je ne manquerai pas de vous informer de sa publication.

Mes garçons ont été mes premiers critiques : ils ont découvert l'histoire au fur et à mesure de sa création, et ont même participé à son élaboration ( ils n'ont d'ailleurs pas été les seuls), me donnant par-ci par-là, des conseils, des idées que j'ai su exploiter pour leur plus grande fierté.

Au final, le livre leur plait beaucoup ! J'espère qu'il en sera de même pour vos enfants mais aussi pour vous qui leur lirez l'histoire...

En attendant, je vous présente Sidonie, la sorcière rose, appelée par un enfant pour réparer la bêtise d'un vilain sorcier...


samedi 20 octobre 2012

Migrations

Voici le recueil de nouvelles édité par l'association de la Ferme des Jeux de Vaux-le-Pénil au terme du concours du Tour des Mots. Pour cette 6ème édition, 89 participants ont joué avec les mots pour écrire une page, une seule, sur le thème "migrations". 30 nouvelles ont été retenues (dont la mienne) et figurent dans ce recueil.
A la lecture de ces différentes nouvelles, il est surprenant de constater à quel point un même mot peut revêtir des sens multiples et aboutir à des histoires étonnantes issues de l'imagination de personnes aux horizons lointains. 
Le vécu, la sensibilité de chacun se dévoilent au fil des pages, contribuent à la diversité des récits et s'unissent dans un recueil où la richesse des mots, d'un mot, prend tout son sens.

dimanche 7 octobre 2012

Les enfants et la lecture


La lecture est une activité primordiale. Pour moi qui lis depuis que je suis en âge de savoir le faire, la lecture représente un mode d’évasion et d’enseignement dont je ne saurais me passer.
Cette activité est tout aussi importante chez les enfants. Non seulement pour savoir lire couramment mais aussi pour découvrir des univers différents, imaginaires ou non.
Pourtant, de nos jours, les enfants lisent peu. Plongés dans un monde où les outils technologiques sont légion, il ne leur reste que peu de temps et d’envie pour la lecture. Il semble plus divertissant pour un enfant d’aujourd’hui de passer une partie de son temps libre à regarder la télévision, ou sur une console de jeux.
Il est donc nécessaire, non pas de les obliger à lire, car cela ne ferait qu'accentuer leur désintérêt pour les livres, mais de créer un environnement favorable qui leur permettra de trouver dans la lecture un moyen de se divertir et de s’évader que ne peuvent leur procurer les jeux vidéos ou la télé.
A ce titre, voici quelques pistes qui pourraient, à terme, les conduire sur le chemin de la lecture "plaisir" :
-    Leur lire des histoires, même s’ils sont en âge de lire seul. On peut dans ce cas les faire participer en leur demandant de lire quelques phrases par ci par-là.
-    -  Prendre le temps de les écouter lire à haute voix lorsqu’ils doivent le faire dans le cadre de l’enseignement scolaire, ou qu’ils en manifestent simplement l’envie.
-        - Lire soi-même afin de montrer à nos enfants l’importance et l’intérêt de la lecture dans notre vie.
-        - Les emmener régulièrement dans une bibliothèque afin de leur permettre de choisir eux-mêmes les livres.
-    Etre attentif aux centres d’intérêts de nos enfants pour choisir, ou les aider à choisir, des livres en conséquence. De cette façon, ils pourront plus facilement s’identifier au héros de l’histoire ou accroître leurs connaissances sur un thème précis.
-        - Parler avec nos enfants des livres qu’ils ont lu, afin de leur montrer que l’on s’intéresse à leurs lectures.

Mais parfois, en dépit de tout cela, et malgré le plaisir qu’ils éprouvent à écouter des histoires, des enfants restent « hermétiques » au simple fait de rester seul avec un livre dans les mains. Cela demeure pour eux une activité fastidieuse, ennuyeuse et, au final, agaçante. Les enfants d’aujourd’hui n’auraient-ils pas le temps de rester calmes ? Seraient-ce l’excès de stimulation visuelle, les jeux multiples auxquels ils se livrent, l’abondance de jouets déployés, qui feraient qu’il ne leur reste plus assez de temps pour s’asseoir ni assez d’énergie pour lire ?
Tous, heureusement, ne sont pas dans ce cas. Mais pour ceux qui, comme moi, ont des enfants plutôt récalcitrants en ce qui concernen la lecture, il importe d’être patient, de suivre sans faillir les pistes évoquées ci-dessus et d’espérer qu’un jour prochain, pas trop lointain, tombera entre leur main le livre rare qui provoquera le déclic !

mardi 2 octobre 2012

De l’art d’écrire à celui de se faire plaisir...


L’écriture est un art exigeant qui suppose un travail régulier, une patience infinie et surtout une humilité sans borne.
D’aucuns pourraient toutefois penser que lorsqu'une personne écrit, c’est uniquement dans le but de se faire publier, d’être reconnu et lu par d’autres que son entourage immédiat.
D’une façon générale, c’est vrai. Tous les écrivains rêvent de voir leurs écrits trôner en bonne place sur l’une des tables des libraires et, dans leurs rêves les plus fous, que leurs livres disparaissent de ladite table à la vitesse de l’éclair.
Pourtant, écrire pour vendre n’a jamais été la bonne démarche. Dès lors que l’on se place dans cette optique, on risque d'être confronté au stress du travail qui n’avance pas assez vite, à l’angoisse de la page blanche, à celle du manuscrit refusé ou pire, lorsque, justement, les refus des éditeurs tout-puissants s'accumulent sur notre bureau, à la déception, au découragement puis à la dévalorisation de soi.
C’est pourquoi il me semble important, dès lors que l’on veut écrire, de le faire, en tout premier lieu, pour son propre plaisir (pour peu, évidemment, que l’on n’écrive pas à tort et à travers…)
Le plaisir que l'écriture procure est le premier pas vers la réussite. Je dis bien la réussite, et non le succès. Car un auteur peut avoir du succès sans que, pour autant, son livre soit une réussite. Effet de mode, tout simplement…
Il existe de très bons auteurs qui demeurent dans l’ombre parce que leur ouvrage ne correspond pas à l’air du moment.
Pourquoi, dans ce cas, ne pas écrire ce que les gens réclament ?
Rien n’empêche un auteur de le faire, mais n’est-ce pas, parfois, aller à l’encontre de son propre travail, de sa propre imagination ? De son propre sens créatif ? Suivre le courant exige une réelle abnégation de soi. Inversement, ignorer ce courant peut conduire à écrire toute sa vie sans jamais être reconnu publiquement...
Alors, écrire pour vendre ou écrire pour se faire plaisir ?
C’est un choix que chaque écrivain se doit de faire s’il veut pouvoir noircir de ses mots des centaines de pages blanches.
Mais dans un cas comme dans l’autre, rien ne garantit le succès ni ne condamne à l’échec…