jeudi 14 juin 2012

Concours de nouvelles


Après avoir figuré dans le palmarès des 10 meilleures nouvelles du concours organisé en mars par la bibliothèque Loisirs et Rencontres de Heillecourt, et dont le thème était "40", je réitère l'expérience en la matière...
Je viens donc de participer à deux nouveaux concours.
Le premier est organisé par l’association de la Ferme des Jeux de Vaux le Pénil (77) et a pour thème "Migrations". La nouvelle doit être rédigée en une seule page.
Le second est organisé par la médiathèque la Mine de mots de Trets (13) et a pour thème "De l'autre côté du miroir". Pour celui-ci, le texte doit être compris entre 2 et 6 pages.
Les résultats seront rendus à la rentrée prochaine. 

Indépendamment du fait d'éprouver une fierté certaine de voir son nom figurer sur la liste des lauréats de ce genre de concours, il est indéniable que le travail que cela implique est  aussi intéressant qu'enrichissant, tant au niveau de l'écriture que de l'imagination. 

Trouver une idée en temps limité est un premier défi, la "coucher" sur le papier en est un autre. 
La nouvelle se définit comme "un écrit simple, court et intense qui présente des personnages peu nombreux, comporte des indices annonciateurs et des fausses pistes, favorise le suspense, la dramatisation et se termine parfois par une chute originale et déroutante respectant cependant la cohérence du récit".
Il faut donc trouver la bonne histoire, celle qui va susciter l'intérêt du lecteur et la raconter avec les bons mots...
Dit comme cela, l'exercice a l'air simple, et pourtant...

Pour ceux qui souhaiteraient participer à ce genre de concours, cliquez ici : Bonnes nouvelles



mardi 5 juin 2012

TheBookEdition



Ma rencontre avec TheBookEdition (TBE) a eu lieu au début de l’année 2011 et, si elle a été purement fortuite, elle s’est avérée immédiatement gratifiante. 

Lasse, voire découragée, de ne pas trouver d’éditeurs « traditionnels » pour mes livres, puis agacée de ne recevoir que des propositions de contrats à compte d’auteur envoyées par des éditeurs soucieux d’alléger mon compte en banque sans m’offrir de réelles garanties de ventes, j’ai alors cherché d’autres moyens qui me permettraient de publier mes ouvrages sans me ruiner. 
Ainsi ai-je trouvé TBE, un site d’auto-édition et de vente en ligne.
« Firmin Sirpotin » est le premier livre imprimé chez TBE. 
J'ai été immédiatement satisfaite du mode de fonctionnement : pas de contrat, pas de cession de droits d'auteur, paiement régulier des royalties… Quant au rendu de l’œuvre une fois publiée, mes attentes ont été comblées. La qualité d’impression, de la reliure, des couleurs pour la couverture m’a fait adopter sans hésitation ce mode de publication.
En outre, la couverture de l’ouvrage devant être choisie ou réalisée par l’auteur, cela m’a permis de ressortir tout l’attirail de l’artiste en herbe que je suis et de passer de longues heures bénies devant ma table à dessin ou un appareil photo à la main pour créer en image ce que je crée en mots.

La seule problématique reste, malheureusement, celle de la promotion de l'ouvrage. Car même si les ventes se font en ligne sur le site de TBE, il n’en demeure pas moins que l’auteur qui souhaite accroître le nombre de ses ventes doit élargir lui-même son réseau de diffusion et réaliser des démarches « commerciales » parfois difficiles pour qui n’a pas la fibre en ce domaine. 

Pour plus d’informations sur ce mode d’édition : Thebookedition