vendredi 14 décembre 2012

"La bougie de suif" ou le 1er conte d'Andersen

Voici une grande découverte que celle-ci pour le domaine littéraire : un conte d'Andersen a été retrouvé au fond d'un carton, et il s'agirait du tout premier conte de fée qu'il aurait écrit, à l'âge de 18 ans. 
Je vous laisse lire l'article paru ce jour dans le Monde :


"Un conte de fées centré autour d'une bougie qui voudrait être allumée vient d'être authentifié par des historiens à Odense, au Danemark. Exhumé des archives nationales en octobre, le manuscrit de six pages serait l'une des premières histoires écrites par Hans Christian Andersen.
Alors qu'il fouillait les archives de la famille Andersen dans sa ville natale, Esben Brage découvre La Bougie de suif, au fond d'un carton. "J'étais fou de joie, a déclaré M. Brage, cité par un blog du New York Times. J'ai immédiatement contacté le conservateur des archives pour lui faire part de ma découverte." Probablement écrit entre 1822 et 1826, le texte précède les débuts littéraires d'Andersen, datant de 1829, lors de la publication du poème L'Enfant mourant.
"C'est sensationnel, a répété en écho le directeur du musée d'Odense, Einar Stig Askgaard, au quotidien The Guardian. En partie parce que ce texte est vu comme le premier conte de fées d'Andersen, et aussi parce qu'il témoigne de son intérêt précoce pour ce genre littéraire." M. Askgaard a ajouté qu'il ne doutait pas que le texte ait été écrit par l'auteur de La Petite Sirène. "C'est une des premières fois où Andersen, qui à l'époque n'avait que 18 ans, s'essaie à la prose", a ajouté le directeur.
C'est la découverte la plus impressionnante depuis les années 1920, lorsque les mémoires d'Andersen avaient été retrouvés à la bibliothèque royale danoise."
Espérons que nous pourrons le lire prochainement !
Pour mémoire, voici la liste de ses oeuvres principales :

lundi 3 décembre 2012

Concours de nouvelles "De l'autre côté du miroir"


Concours de nouvelles

Samedi 1er décembre a eu lieu à la Médiathèque de la ville de Trets, la remise des prix du concours de nouvelles. 
106 personnes de la France entière mais aussi des DOM TOM ont participé à ce concours. 
Les gagnants sont : 

Premier prix : Jean-Marie PALACH pour « les voies du seigneur »
Deuxième prix : Marylise TRECOURT pour « je ne t’ai pas abandonnée »
Troisième prix : Michel FLANDIN pour « le confident »
Prix jeunesse : Caroline ROEBER pour «  éclats d’obscurité »
 
Coups de cœur du jury :
Flore DAYAN pour « naissance d’une étoile »
Magali GAY-RASPLUS pour « étrange… »
Myriam TARABULA pour « les yeux sans tain »
Christabelle TERRADE pour « ennemis de passage »

Félicitations aux gagnants !
Quant à moi, je suis très flattée de figurer dans la catégorie "coup de coeur"...
Si vous voulez lire ma nouvelle, cliquer ici 

vendredi 16 novembre 2012

XinXii, nouvelle plateforme numérique

Parce que la concurrence est rude et qu'il faut s'étendre sur le marché si l'on veut pouvoir vendre un tant soit peu ses oeuvres, je me suis donc inscrite sur le site XinXii où vous pourrez retrouvez mes livres au format numérique (PDF ou EPUB). 
Ce site offre la possibilité "de publier toutes sortes d'écrits et de les vendre directement. En tant  qu'agrégateur de contenus, XinXii distribue à de multiples sites de ventes en ligne, tels que iBookstore, Fnac..."
La distribution est donc plus large que celle proposée par Amazon, et constitue un bon complément à mon réseau de diffusion.
Reste à voir si l'élargissement de mon horizon portera ses fruits...

Rendez-vous sur Xinxii.

jeudi 15 novembre 2012

Toujours "les étoiles ont disparu !..."

J'ai reçu hier matin la version papier de mon livre illustré et je ne vous cache pas le plaisir et la fierté ressentis à le tenir enfin entre mes mains ! Tous ces mois de travail condensé dans un ouvrage au rendu parfait.
Evidemment, impossible de ne pas le lire  le soir même à mes garçons, lesquels étaient d'ailleurs aussi enthousiastes que moi. Le petit a même demandé s'il y aurait une suite ??...
A voir, mais en attendant, je travaille sur la version numérique anglaise, de façon à élargir mon champ de diffusion, notamment via le kindle d'Amazon. C'est une première, on verra bien si cela aura un impact sur les ventes ou les emprunts. Mais pour ceux qui préféreraient la version d'origine au format numérique, vous pouvez le retrouver ici.

vendredi 2 novembre 2012

Les étoiles ont disparu !


Acheter Les étoiles ont disparu !

Et voilà, le travail de mise en page terminé, mon 1er livre illustré est enfin disponible et en vente ici, sur TheBookEdition.

Intitulé "Les étoiles ont disparu !", ce livre est destiné aux enfants à partir de 3 ans et trouvera sa place entre leurs mains à tout moment de la journée et plus particulièrement le soir, juste avant le coucher...
J'attends moi-même de le recevoir avec impatience car c'est toujours un grand moment de tenir entre ses mains le fruit de son travail.
Quant à mes garçons, ils ont bien hâte que je leur lise l'histoire avec le support en bonne et due forme !


Disponible aussi au format numérique sur TheBookEdition et prochainement chez Amazon, sur le kindle.

Bonne lecture à tous !




mardi 23 octobre 2012

Livre illustré

Et voila, les illustrations de mon prochain livre jeunesse sont  enfin toutes terminées ! 
23 planches de dessin, des heures, des semaines, des mois de travail mais que du bonheur. L'écriture de l'histoire est quasi bouclée, il ne reste que deux ou trois choses à peaufiner, et je vais maintenant m'occuper de la mise en page, de la préparation de la couverture, etc...
Le titre ne sera dévoilé qu'au dernier moment !
Le livre sera disponible au format papier et numérique, et je ne manquerai pas de vous informer de sa publication.

Mes garçons ont été mes premiers critiques : ils ont découvert l'histoire au fur et à mesure de sa création, et ont même participé à son élaboration ( ils n'ont d'ailleurs pas été les seuls), me donnant par-ci par-là, des conseils, des idées que j'ai su exploiter pour leur plus grande fierté.

Au final, le livre leur plait beaucoup ! J'espère qu'il en sera de même pour vos enfants mais aussi pour vous qui leur lirez l'histoire...

En attendant, je vous présente Sidonie, la sorcière rose, appelée par un enfant pour réparer la bêtise d'un vilain sorcier...


samedi 20 octobre 2012

Migrations

Voici le recueil de nouvelles édité par l'association de la Ferme des Jeux de Vaux-le-Pénil au terme du concours du Tour des Mots. Pour cette 6ème édition, 89 participants ont joué avec les mots pour écrire une page, une seule, sur le thème "migrations". 30 nouvelles ont été retenues (dont la mienne) et figurent dans ce recueil.
A la lecture de ces différentes nouvelles, il est surprenant de constater à quel point un même mot peut revêtir des sens multiples et aboutir à des histoires étonnantes issues de l'imagination de personnes aux horizons lointains. 
Le vécu, la sensibilité de chacun se dévoilent au fil des pages, contribuent à la diversité des récits et s'unissent dans un recueil où la richesse des mots, d'un mot, prend tout son sens.

dimanche 7 octobre 2012

Les enfants et la lecture


La lecture est une activité primordiale. Pour moi qui lis depuis que je suis en âge de savoir le faire, la lecture représente un mode d’évasion et d’enseignement dont je ne saurais me passer.
Cette activité est tout aussi importante chez les enfants. Non seulement pour savoir lire couramment mais aussi pour découvrir des univers différents, imaginaires ou non.
Pourtant, de nos jours, les enfants lisent peu. Plongés dans un monde où les outils technologiques sont légion, il ne leur reste que peu de temps et d’envie pour la lecture. Il semble plus divertissant pour un enfant d’aujourd’hui de passer une partie de son temps libre à regarder la télévision, ou sur une console de jeux.
Il est donc nécessaire, non pas de les obliger à lire, car cela ne ferait qu'accentuer leur désintérêt pour les livres, mais de créer un environnement favorable qui leur permettra de trouver dans la lecture un moyen de se divertir et de s’évader que ne peuvent leur procurer les jeux vidéos ou la télé.
A ce titre, voici quelques pistes qui pourraient, à terme, les conduire sur le chemin de la lecture "plaisir" :
-    Leur lire des histoires, même s’ils sont en âge de lire seul. On peut dans ce cas les faire participer en leur demandant de lire quelques phrases par ci par-là.
-    -  Prendre le temps de les écouter lire à haute voix lorsqu’ils doivent le faire dans le cadre de l’enseignement scolaire, ou qu’ils en manifestent simplement l’envie.
-        - Lire soi-même afin de montrer à nos enfants l’importance et l’intérêt de la lecture dans notre vie.
-        - Les emmener régulièrement dans une bibliothèque afin de leur permettre de choisir eux-mêmes les livres.
-    Etre attentif aux centres d’intérêts de nos enfants pour choisir, ou les aider à choisir, des livres en conséquence. De cette façon, ils pourront plus facilement s’identifier au héros de l’histoire ou accroître leurs connaissances sur un thème précis.
-        - Parler avec nos enfants des livres qu’ils ont lu, afin de leur montrer que l’on s’intéresse à leurs lectures.

Mais parfois, en dépit de tout cela, et malgré le plaisir qu’ils éprouvent à écouter des histoires, des enfants restent « hermétiques » au simple fait de rester seul avec un livre dans les mains. Cela demeure pour eux une activité fastidieuse, ennuyeuse et, au final, agaçante. Les enfants d’aujourd’hui n’auraient-ils pas le temps de rester calmes ? Seraient-ce l’excès de stimulation visuelle, les jeux multiples auxquels ils se livrent, l’abondance de jouets déployés, qui feraient qu’il ne leur reste plus assez de temps pour s’asseoir ni assez d’énergie pour lire ?
Tous, heureusement, ne sont pas dans ce cas. Mais pour ceux qui, comme moi, ont des enfants plutôt récalcitrants en ce qui concernen la lecture, il importe d’être patient, de suivre sans faillir les pistes évoquées ci-dessus et d’espérer qu’un jour prochain, pas trop lointain, tombera entre leur main le livre rare qui provoquera le déclic !

mardi 2 octobre 2012

De l’art d’écrire à celui de se faire plaisir...


L’écriture est un art exigeant qui suppose un travail régulier, une patience infinie et surtout une humilité sans borne.
D’aucuns pourraient toutefois penser que lorsqu'une personne écrit, c’est uniquement dans le but de se faire publier, d’être reconnu et lu par d’autres que son entourage immédiat.
D’une façon générale, c’est vrai. Tous les écrivains rêvent de voir leurs écrits trôner en bonne place sur l’une des tables des libraires et, dans leurs rêves les plus fous, que leurs livres disparaissent de ladite table à la vitesse de l’éclair.
Pourtant, écrire pour vendre n’a jamais été la bonne démarche. Dès lors que l’on se place dans cette optique, on risque d'être confronté au stress du travail qui n’avance pas assez vite, à l’angoisse de la page blanche, à celle du manuscrit refusé ou pire, lorsque, justement, les refus des éditeurs tout-puissants s'accumulent sur notre bureau, à la déception, au découragement puis à la dévalorisation de soi.
C’est pourquoi il me semble important, dès lors que l’on veut écrire, de le faire, en tout premier lieu, pour son propre plaisir (pour peu, évidemment, que l’on n’écrive pas à tort et à travers…)
Le plaisir que l'écriture procure est le premier pas vers la réussite. Je dis bien la réussite, et non le succès. Car un auteur peut avoir du succès sans que, pour autant, son livre soit une réussite. Effet de mode, tout simplement…
Il existe de très bons auteurs qui demeurent dans l’ombre parce que leur ouvrage ne correspond pas à l’air du moment.
Pourquoi, dans ce cas, ne pas écrire ce que les gens réclament ?
Rien n’empêche un auteur de le faire, mais n’est-ce pas, parfois, aller à l’encontre de son propre travail, de sa propre imagination ? De son propre sens créatif ? Suivre le courant exige une réelle abnégation de soi. Inversement, ignorer ce courant peut conduire à écrire toute sa vie sans jamais être reconnu publiquement...
Alors, écrire pour vendre ou écrire pour se faire plaisir ?
C’est un choix que chaque écrivain se doit de faire s’il veut pouvoir noircir de ses mots des centaines de pages blanches.
Mais dans un cas comme dans l’autre, rien ne garantit le succès ni ne condamne à l’échec…

dimanche 9 septembre 2012

Résultat concours de nouvelles


Ma participation à un second concours de nouvelles organisé par l’Association de la Ferme des Jeux de Vaux-le-Pénil (77) s’est avérée concluante, puisque mon texte a été retenu pour figurer dans le recueil de nouvelles 2012 du Tour des Mots de cette association.
Pour mémoire, le thème de cette année était « Migrations » et il fallait rédiger une nouvelle d’une page.
30 nouvelles ont été retenues pour ce recueil, la mienne ayant obtenu la 18ème place. Classement satisfaisant à mes yeux pour un 2ème concours.
Un exemplaire de ce recueil me sera envoyé courant octobre mais en attendant, et en avant première, vous pouvez lire ma nouvelle en cliquant sur la page « textes » de ce blog.

dimanche 19 août 2012

Un vieux livre retrouvé…



Comme je l’ai déjà expliqué précédemment, je lis beaucoup sur format numérique. Plus pratique, plus actuel, il serait dommage de ne pas profiter de ce mode de lecture en vogue. Le support dont je me sers est mon smartphone, un mobile doté d’un écran suffisamment grand pour y lire dessus confortablement. 
Pour autant, je n’exclurai jamais de lire sur un support papier.
Un bon bouquin traditionnel reste un support unique, transmetteur de sensations olfactives, visuelles et tactiles qu'un appareil numérique ne pourra jamais apporter au lecteur.
A cet égard, j’ai retrouvé ces derniers jours le livre qui correspond parfaitement à cette description. 
Il s’agit d’un exemplaire original des « Hauts de Hurlevent » d’Emily Brönte, paru aux éditions Payot et datant de 1948.
Quelque peu écorné, imprimé sur un papier épais qui n’a jamais été blanc, coupé à l’ancienne, autrement dit de façon irrégulière, il sent le « vieux » livre, celui remisé des années durant dans une ancienne malle en cuir cachée au fond d’un grenier poussiéreux, un livre qui, une fois ouvert, dégage une odeur aussi riche de sensations que les mots contenus à l’intérieur pourront en apporter.
La texture de ses feuilles me fait penser à celles de tabac séchées, l’encre est par endroit un peu plus pâle, il fait 472 pages et son prix affiché est de 240 francs anciens.
Ce livre me vient de mon grand-père paternel et, hormis mon attachement lié à la transmission filiale, ce livre est pour moi l’objet précieux par excellence. Placé à côté de mon support numérique à l’intérieur duquel m’attend une centaine d'ouvrages, il est doté d’une présence que les livres de demain n’auront pas. Tangible, il prend sa place dans un meuble, et son vieil âge implique que l’on en prenne soin.
Même si je suis du genre à prétendre que l’histoire est plus importante que le support, il faut reconnaître qu’un vieux livre comme celui-ci ne peut laisser indifférent…

mercredi 15 août 2012

De la Terre au Ciel


Ce livre est mon deuxième recueil de poésie. Amorcé en été, poursuivi en automne, complété en hiver puis achevé au printemps de l’année suivante, je l’ai écris, les yeux plus souvent tournés vers la fenêtre de mon bureau que fixés sur mon écran, m’inspirant de ce que chaque saison pouvait apporter avec elle. Cette année-là, et plus qu’à l’ordinaire, j’ai pris le temps d’observer la nature qui m’entourait, et c’est ainsi que l’alternance du vent, de la pluie, de la neige et du soleil a suscité en moi l’envie de retranscrire, par des vers, les impressions fugitives ou persistantes qu’un nuage menaçant , un arbre dénudé ou un champ grillé par le soleil pouvaient me laisser. 
Observer et apprécier. Ces deux mots forment le siège de mon existence, celui dans lequel j’aime m’installer pour me remplir la tête des splendeurs alentour. Chaque paysage est un tableau de maître qu’il faut contempler avec respect et attention. Pour autant, et bien que la tentation soit grande, inutile de parcourir le monde pour se repaître d’un millier de paysages différents. Car avant d’aller trop loin, pour voir si l’herbe est plus verte chez le « voisin », il suffit de commencer par observer ce qui nous entoure et d’apprécier. 
La nature est belle, même à notre porte…

dimanche 1 juillet 2012

Le papier électronique souple


Ce produit n'est disponible pour l'instant qu'en Russie, mais il constitue un grand pas vers une transition inévitable entre le papier tel qu'on le connait et le papier de demain.
Voici l'article paru sur le site de sciences et avenir et qui décrit les caractéristiques de ce nouveau concept :
"La société Wexler commercialise le tout premier e-Reader souple (...) 
Flex One est la toute première liseuse électronique flexible.
L’avantage ? A l’évidence, Flex One résiste mieux aux chocs d’un modèle rigide. Imaginez-vous en train de lire dans le bus ou le métro : si la liseuse tombe par terre pendant une bousculade, elle devrait s’en sortir indemne. L'appareil pourrait aussi marquer des points... sur le plan psychologique : en se tortillant comme un magazine, il rappellera aux fans de Gutenberg de classiques habitudes de lecture !
Pour ce qui est de ses caractéristiques techniques, la liseuse de Wexler a une résolution de 1024 par 768 pixels. Son format : 15,1 cm de haut, 13,4 de large pour une épaisseur de 4 millimètres. Sa batterie lui confère deux semaines d’autonomie. Et comme une liseuse lambda, elle utilise de l’encre électronique (à la différence des tablettes type iPad qui fonctionnent avec des cristaux liquides), une technologie qui repose sur l’utilisation de petites capsules remplies d’un gel transparent où baignent des pigments noirs et blancs."
Plutôt pas mal, non ? Et ce n'est que la première, d'autres suivront, c'est sûr, qui pourront même se plier en quatre pour se glisser dans une poche...

jeudi 14 juin 2012

Concours de nouvelles


Après avoir figuré dans le palmarès des 10 meilleures nouvelles du concours organisé en mars par la bibliothèque Loisirs et Rencontres de Heillecourt, et dont le thème était "40", je réitère l'expérience en la matière...
Je viens donc de participer à deux nouveaux concours.
Le premier est organisé par l’association de la Ferme des Jeux de Vaux le Pénil (77) et a pour thème "Migrations". La nouvelle doit être rédigée en une seule page.
Le second est organisé par la médiathèque la Mine de mots de Trets (13) et a pour thème "De l'autre côté du miroir". Pour celui-ci, le texte doit être compris entre 2 et 6 pages.
Les résultats seront rendus à la rentrée prochaine. 

Indépendamment du fait d'éprouver une fierté certaine de voir son nom figurer sur la liste des lauréats de ce genre de concours, il est indéniable que le travail que cela implique est  aussi intéressant qu'enrichissant, tant au niveau de l'écriture que de l'imagination. 

Trouver une idée en temps limité est un premier défi, la "coucher" sur le papier en est un autre. 
La nouvelle se définit comme "un écrit simple, court et intense qui présente des personnages peu nombreux, comporte des indices annonciateurs et des fausses pistes, favorise le suspense, la dramatisation et se termine parfois par une chute originale et déroutante respectant cependant la cohérence du récit".
Il faut donc trouver la bonne histoire, celle qui va susciter l'intérêt du lecteur et la raconter avec les bons mots...
Dit comme cela, l'exercice a l'air simple, et pourtant...

Pour ceux qui souhaiteraient participer à ce genre de concours, cliquez ici : Bonnes nouvelles



mardi 5 juin 2012

TheBookEdition



Ma rencontre avec TheBookEdition (TBE) a eu lieu au début de l’année 2011 et, si elle a été purement fortuite, elle s’est avérée immédiatement gratifiante. 

Lasse, voire découragée, de ne pas trouver d’éditeurs « traditionnels » pour mes livres, puis agacée de ne recevoir que des propositions de contrats à compte d’auteur envoyées par des éditeurs soucieux d’alléger mon compte en banque sans m’offrir de réelles garanties de ventes, j’ai alors cherché d’autres moyens qui me permettraient de publier mes ouvrages sans me ruiner. 
Ainsi ai-je trouvé TBE, un site d’auto-édition et de vente en ligne.
« Firmin Sirpotin » est le premier livre imprimé chez TBE. 
J'ai été immédiatement satisfaite du mode de fonctionnement : pas de contrat, pas de cession de droits d'auteur, paiement régulier des royalties… Quant au rendu de l’œuvre une fois publiée, mes attentes ont été comblées. La qualité d’impression, de la reliure, des couleurs pour la couverture m’a fait adopter sans hésitation ce mode de publication.
En outre, la couverture de l’ouvrage devant être choisie ou réalisée par l’auteur, cela m’a permis de ressortir tout l’attirail de l’artiste en herbe que je suis et de passer de longues heures bénies devant ma table à dessin ou un appareil photo à la main pour créer en image ce que je crée en mots.

La seule problématique reste, malheureusement, celle de la promotion de l'ouvrage. Car même si les ventes se font en ligne sur le site de TBE, il n’en demeure pas moins que l’auteur qui souhaite accroître le nombre de ses ventes doit élargir lui-même son réseau de diffusion et réaliser des démarches « commerciales » parfois difficiles pour qui n’a pas la fibre en ce domaine. 

Pour plus d’informations sur ce mode d’édition : Thebookedition

mardi 22 mai 2012

Vie d'enfant

"Vie d'enfant" est un recueil de poésie. Le premier, écrit en 2008.
Pourquoi des poèmes ? Je voulais des phrases courtes, musicales, pour parler du monde des enfants. Les poèmes m'ont donc semblé être le meilleur support. Certains sont drôles, tendres, d'autres plus tristes...
Les lire, c'est passer du sourire aux larmes, comme les enfants savent si bien le faire. 
Ma source d'inspiration ? Je n'ai pas eu à chercher bien loin...Mes deux garçons sont un condensé d'idées !
"Je les aime plus que ma vie", comme dirait mon petit, et c'est ce qui m'a donné envie d'écrire ces poèmes. 
Les enfants sont fragiles, précieux, ils ne choisissent rien, ils subissent. Certains ont de la chance, d'autres pas. Certains connaissent le bonheur, d'autres la douleur. L'inégalité est bien le premier linge à couvrir un nouveau-né...
Ces poèmes, c'est ma façon à moi de montrer que je les aime...

En voici deux extraits : 
 Lien éternel
En solitaire tu as commencé ta vie,
Tu es venu au monde par un bel après-midi.
Sous le soleil d’automne ton premier cri a jailli
Puis contre mon cœur tu t’es vite assoupi.

De longs mois après, par une belle journée,
Il nous a rejoints, ce petit frère bien-aimé.
De tes yeux surpris tu l’as un peu observé,
Et sans plus y penser, tu t’en es détourné.

Au fil du temps un lien, entre vous, s’est crée
Un sentiment si fort que rien ne pourra jamais briser.
Même si parfois vos jeux tournent en disputes enfiévrées,
Vos rancœurs d’enfants sont très vite oubliées.

Toujours ensemble mais tellement différents,
Toi le petit, tu veux faire comme le grand.
Quand l’un s’en va, l’autre le cherche partout,
A n’en point douter, vous vous aimez beaucoup.

Quelle joie de vous voir dans les bras l’un de l’autre
A vous murmurer des secrets qui sont vôtres.
Un élan d’amour, des câlins, des baisers,
Vous êtes, tous les deux, mes enfants adorés.


Vie éphémère
Tu tends la main vers la vie qui t’oublie
Tu t’accroches à tout ce qui peut te ramener.
La lutte est dure mais tu es un guerrier
Tu n’admets pas que tout soit déjà fini.

Retenu par un lit que chaque jour tu maudis,
Tu n’as que tes yeux pour parcourir le monde.
Tu détestes ce corps qui déjà te trahit,
Tu détestes ce corps enchainé par les sondes.

Tu rêves de quitter cette chambre aseptisée
Pour te sauver vers un lieu bien-aimé,
Ne plus sentir ces odeurs de souffrance
Mais respirer de plus douces fragrances.

On te promet que tu vas t’en sortir,
On te promet tant que cela te fait sourire.
Mais personne ne veut t’avouer la vérité,
Celle qui te donne tellement envie de pleurer.

Puis, un jour, tu comprends que la guerre est finie,
Tu t’es bien battu mais l’ennemi s’est durement acharné.
Pour toi une autre vie va bientôt commencer,
Alors tu pries pour qu’elle soit meilleure que celle-ci.



mercredi 16 mai 2012

Papier ou numérique ?


La coexistence actuelle du papier et du numérique est au cœur des débats chez les lecteurs endurcis. Et quel débat ! 
D’un côté, les irréductibles du traditionnel qui considèrent le papier comme le support onirique par excellence, de l’autre, les fervents de la technologie pour qui le numérique est le mode de lecture de demain…
Pour ma part, je me place entre les deux. Car même si les avantages du numérique sont évidents, et bien plus nombreux que le support papier, ils n’effacent pas encore ceux d’un bon bouquin à l’ancienne. L’odeur, le toucher du papier, le plaisir du feuilletage…autant de sensations difficiles à laisser déjà de côté. 
Est-ce suffisant, toutefois, pour ne pas adhérer à un nouveau mode de lecture ? Pas sûr…
Pour avoir lu à maintes reprises sur un support numérique (et pas un support adapté à la lecture puisqu’il s’agit de mon smartphone), je reconnais que ce mode de lecture est agréable, facile et surtout pratique.
En effet, j’ai toujours mon livre sur moi, je peux stocker un grand nombre d’ouvrages lorsque je pars en vacances, ma bibliothèque ne croule plus sous les livres…
En outre, et c’est là un avantage non négligeable, j’ai redécouvert le plaisir de lire des grands classiques sans débourser le moindre sou, car étant tombés dans le domaine publique, ils sont désormais gratuits au format numérique.
Nul doute que le livre papier a du souci à se faire. Sans parler du fait que l’un des supports est plus écologique que l’autre. 
Toutefois, cela n’enlève rien au fait qu’avoir un livre, un vrai, entre les mains est un moment de pur bonheur pour qui aime lire. En prendre soin, le recevoir en cadeau, le prêter parfois…Il y a des choses que le numérique ne pourra jamais apporter.
Bref, papier ou numérique ? Le débat pourrait s’éterniser pour qui voudrait convaincre son interlocuteur de l’intérêt d’un support sur un autre. Mais cela ne serait-il finalement pas un faux débat ? Car, de toute évidence, ce n’est pas le support qui fait le livre mais bien l’histoire elle-même et l’émotion qu’elle suscite. Une histoire gravée sur une pierre restera une histoire. Mais personne ne vend de pierres…

mercredi 9 mai 2012

La Pierre de Gal-Hyr


La pierre de Gal-Hyr, « le royaume de la Terre » est le tome 1 d’une série qui en comporte 5.
Classé dans le genre fantastique, le livre raconte l'histoire de 5 enfants projetés dans un autre monde pour récupérer les fragments d’une pierre magique qui permettra d’anéantir le Seigneur du Mal.

Cinq années ont passé depuis sa publication chez « Manuscrit.com », alors pourquoi n’y a-t-il encore qu’un seul tome sur le marché ?
Plusieurs raisons expliquent cet arrêt momentané.

La première, et non des moindres, est qu’à l’époque, je commençais sérieusement à écrire et que les idées se bousculaient dans ma tête. Je voulais tout écrire en même temps ! Il a donc fallu faire des choix, et j’ai privilégié les nouvelles idées au détriment de celle-ci, pensant travailler sur la suite dès que l’occasion se présenterait.
Elle s’est présentée, et le second tome a été écrit.

C’est là qu’intervient la deuxième raison. Entre ces deux tomes, j’ai lu plusieurs livres et articles du style « comment devenir écrivain », histoire de ne pas écrire n’importe comment, sans parler du n’importe quoi. 
L’idée de la Pierre de Gal-Hyr est plutôt bonne mais, après mûre réflexion, le livre nécessiterait d’être retravaillé pour affiner le style et ôter les longueurs et les mots lourds, redondants, dont j’usais et abusais à l’époque. En effet, j’ai constaté avoir eu un certain penchant pour les adverbes se terminant en "-ment" tels que, « violemment, férocement, chaleureusement, fermement… » , des mots qui me semblaient, à ce moment-là, aussi nécessaires que la ponctuation !
Grossière erreur, me suis-je rendu compte. Ces mots n'ont pas, ou peu, d'utilité et, au final,   alourdissent le style au point de rendre la lecture quelque peu pénible. Aussi ai-je décidé de retravaillé le premier tome avant de sortir le second.

Et là, arrive la troisième et dernière raison. Mon souhait serait que la nouvelle édition du tome 1 soit publiée de la même façon que mes derniers romans, à savoir en auto-édition chez TheBookEdition. Or « Manuscrit.com » est mon premier éditeur pour ce livre et, à ce titre, détient les droits correspondants. La question qu’il me reste à résoudre est donc de savoir si cela serait transgresser ces droits que de procéder à une auto-édition ?

Quoi qu’il en soit, le projet n’est pas abandonné, seulement mis de côté. Les trois derniers tomes sont déjà dans ma tête, prêts à être mis sur papier…

mardi 8 mai 2012

"On a roulé sur la Terre"

Livre écrit par Alexandre Poussin et Sylvain Tesson, "On a roulé sur la Terre" est un récit d'aventure surprenant que j'ai découvert et lu récemment.
En 1994, ces deux hommes, alors âgés d'une vingtaine d'années, décident de parcourir le monde à vélo en un laps de temps limité : une année. Ils traverseront ainsi une trentaine de pays à la seule force de leurs mollets, parcourant plus de 25 000 km et vivant chez l'habitant.
Ils ont tout vu : le meilleur comme le pire. Ont tout enduré : le pédalage facile, portés par le vent, comme la lutte contre les éléments naturels. Sable, neige, pluie, chaleur, froid, les ont ébranlés à chaque étape sans que jamais ils ne flanchent.
D'autres obstacles, plus humains ceux-là, se sont également érigés face à eux, leur refusant les visas nécessaires au passage de certaines frontières. La patience, puis la chance, ont eu raison de ces empêcheurs de tourner en rond, leur ouvrant la porte de pays inaccessibles pour que défilent sous leurs roues les milliers de kilomètres les séparant de leurs proches.
A la lecture de ce récit, on dénote un courage évident, de l'audace, une abnégation flagrante, et parfois même de l'inconscience. Ils ont fait fi de leurs douleurs, de leur fatigue, de leur épuisement aussi, pour aller jusqu'au bout de leur rêve et boucler la boucle.
Difficile, enfin, de ne pas remarquer cette grande part de chance dont ils ont bénéficié tout au long de leur voyage. Parfois, croyant pédaler seuls et sans danger, ils ne voyaient pas la mort pédaler farouchement derrière eux, essayant de parvenir à leur hauteur pour mettre un terme à cette folle équipée...
Une belle leçon de vie, une belle aventure...

vendredi 4 mai 2012

Nolan et la poudre magique

Commençons par le commencement...
"Nolan et la poudre magique" est mon premier livre. Contrairement à ce que laisse présager le titre, cela n'a rien à voir avoir une histoire fantastique...
Ecrit en 2006, je ne l'ai pas relu depuis, inquiète, sans doute, à l'idée d'y déceler des coquilles de débutant. Toutefois, l'histoire est belle et nécessite, pour les plus sensibles, d'avoir un petit mouchoir au creux de la main...
L'idée de ce livre m'est venue après avoir vu le film "Léon" en 2004. Cela remonte à loin mais je me souviens avoir eu envie d'écrire quelque chose sur la vie d'un enfant plongé dans le monde de la drogue.
Touchée, sans aucun doute, par le destin de l'héroïne qui n'est qu'une enfant, mais plus encore parce qu'à l'époque, j'étais une mère toute "neuve", très sensible, donc, aux tourments vécus par un enfant, quel qu'il soit.
Ce livre a été, pour moi, une révélation : l'écriture est un art passionnant. Exigeant aussi car il faut l'exercer chaque jour, et faire preuve de patience, de rigueur, d'imagination.
Voltaire dit que "l'écriture est la peinture de la voix"...L'image me plait et me semble juste.
Avec "Nolan et la poudre magique", j'ai pris la plume comme je prends un pinceau, et je me laisse désormais porter au gré des mots pour noircir des pages comme je peins un tableau...

lundi 30 avril 2012

Un nouveau blog...


J'aime écrire, c'est une évidence...
A partir d'un mot, d'une phrase, ou d'une photo, créer une histoire et se laisser porter au fil des pages est une expérience enrichissante, plaisante et fructueuse.
Et quel plaisir que celui ressenti le jour où, entre mes mains, repose enfin l'objet de ma créativité ! Je ne vous mentirai pas : cela procure à mon ego une satisfaction sans égal, et m'incite à continuer...
Aussi ai-je décidé de créer ce blog, dédié exclusivement à mes écrits. Pour chaque livre, je vais m'employer à raconter comment l'idée m'est venue, quelle a été ma source d'inspiration...
Une page sera sans doute consacrée aux nouvelles écrites dans le cadre de concours, qu'elles aient été envoyées ou non.
J'attends vos visites !